ACTION OSMCI 2015 : Dix Jours pour mettre en oeuvre un programme de sensibilisation et formation en cartographie numérique OSM (OpenStreetMap) et en géomatique libre

Bouaké, située au centre de la Côte d’Ivoire, accueil du 25 septembre au 15 octobre 2015, une vingtaine de mappers du projet OpenStreetMap (OSM) du Bénin, du Burkina-Faso, de France, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo dans le cadre d’une action de renforcement de capacités de la Direction de la Francophonie Numérique (DFN) de l’OIF pour mettre en oeuvre un programme de sensibilisation et formation en cartographie numérique OSM (OpenStreetMap) et en géomatique libre.

Avant de continuer ce billet, je tiens à rappeler que c’est la deuxième année consécutive(2014 et 2015) que la Côte d’ivoire bénéficie de ce genre d’action dont vous trouverez les articles sur les blogs suivants: Openstreetmap.ci ;Projet EOF et celui de la Communauté OpenStreetMap.Mais cette fois-ci, l’équipe revient avec un programme plus dense; intense et excitant. Bref! Digne d’Intérêts. Jugez-vous en même par les détails qui suivent…

Intégrés au sein du collectif Espace OSM Francophone (ProjetEOF), cette équipe travaillera pendant dix jours dans la ville de Bouaké, en organisant et animant une série d’ateliers dans les lieux supports du projet OSM (université, lieux technologiques et associatifs) selon un programme conçu de façon étroite entre la DFN, des mappers expérimentés dans l’animation OSM en Afrique de l’Ouest, le collectif ProjetEOF, les collectifs locaux d’animateurs OSM à commencer par celles et ceux de de la communauté OSM ivoirienne.

Le travail en atelier concernera les aspects suivants nécessaires à l’animation du projet OpenStreetMap associé à des initiatives de géomatique libre et de données ouvertes en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’Ouest :

  • Usage des données OSM et données ouvertes (open data) dans des approches de type Systèmes d’Information Géographique (SIG) et Cartographie au moyen de logiciels et ressources web libres ;

  • Usage des techniques de cartographie du projet OSM à destination de différents publics portant sur différents cas d’usage, notamment la conception et réalisation de programmes de cartographie à distance utilisant imagerie satellite, cartes scannées, mobilisation des communautés OSM francophone et globale, de cartographie terrain avec ou sans accès à imagerie satellite, avec GPS) ;

  • Introduction, démonstration et prise en main d’outils SIG utilisant la données OSM ainsi que d’autres données ouvertes (open data) comme le logiciel QGIS ;

  • Introduction, démonstration et prise en main d’outils web utilisant les données OSM ainsi que d’autres données libres comme le service de cartographie web Umap et l’infrastructure de Données Spatiales (IDS) libre GeOrchestra

  • Introduction, démonstration et prise en main de techniques de cartographie web (mobile et site web) avec la librairie java Leaflet utilisant la donnée OSM (API) ainsi que d’autres sources de données ouvertes (open data)

Deux ateliers de 5 jours chacun seront conduits au bénéfice d’une quarantaine d’Ivoiriens et d’Ivoiriennes issus de la communauté OSM, des communautés de pratique du libre, des milieux professionnels de la géomatique (gouvernement, organisations internationales, ONG) et notamment les milieux de l’enseignement et de la recherche. A travers son approche de formation de formateurs, le programme s’adresse également aux collectifs d’animateurs OSM de Côte d’Ivoire et d’Afrique de l’Ouest.

En marge de ces ateliers, il sera organisé le WE du ¾ octobre un atelier de création de données en masse (mapathon) OpenStreetMap ouvert aux participants des ateliers et aux acteurs des scènes géomatiques, libristes et openstreetmap de la ville de Bouaké.

Enfin, l’équipe, au terme des deux ateliers, mettra à profit la présence sur Bouaké d’un aussi grand nombre d’animateurs OSM ouest africains pour travailler 4 jours de rang sur un programme interne de renforcement de capacités organisationnelles liées à l’animation du projet OSM en Afrique de l’Ouest dans une perspective de volontariat ou d’économie sociale et solidaire.

Suivez l’actualité de cette action de renforcement de capacités sous-régionale sur les listes OSM, la section wiki du projet OSMCI, les blogs et médias sociaux utilisés par le ProjetEOFF, OSMCI et les autres collectifs OSM d’Afrique de l’Ouest.

Publicités

OpenStreetMap studies (and why VGI not equal OSM)

OpenStreetMap studies (and why VGI not equal OSM)

Po Ve Sham - Muki Haklay's personal blog

As far as I can tell, Nelson et al. 2006 ‘Towards development of a high quality public domain global roads database‘ and Taylor & Caquard 2006 Cybercartography: Maps and Mapping in the Information Era are the first peer review papers that mention OpenStreetMap. Since then, OpenStreetMap received plenty of academic attention. More ‘conservative’ search engines such as ScienceDirect or Scopus find 286 and 236 peer review papers that mention the project (respectively). The ACM digital library finds 461 papers in the areas that are relevant to computing and electronics, while Microsoft Academic Research find only 112. Google Scholar lists over 9000 (!). Even with the most conservative version from Microsoft, we can see an impact on fields ranging from social science to engineering and physics. So lots to be proud about as a major contribution to knowledge beyond producing maps.

Michael Goodchild, in his 2007 paper that started…

View original post 500 mots de plus